Interdit -18 ans
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fiche d'Alwin Valens Williams

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Fiche d'Alwin Valens Williams   Lun 6 Juin - 1:18

Alwin V. Williams
feat. Gaspard Ulliel





♣️ NOM • Williams
♣️ PRÉNOM • Alwin Valens
♣️ ÂGE • 28 ans
♣️ MÉTIER • Gérant du "Sigh of Ecstasy Cabaret"
♣️ Orientation sexuelle • Bisexuel
♣️ GROUPE • Gérants
♣️ CRÉDIT AVATAR • "j'sais plus"
♣️ AVATAR • Gaspard Ulliel






l'histoire



La pluie crépitait sur les vitres de la grande demeure, et l'orage tonnait au dehors de furieux éclats, comme si Thor lui-même avait voulu reprendre possession d'un pays qui l'avait abandonné depuis longtemps dans les limbes des religions païennes. Le vent soufflait en tempête et la grêle se mêlait parfois au goutte, formant un redoutable maelström pour quiconque aurait voulu mettre le nez dehors. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle, en cette nuit du quatre janvier Monsieur Williams, Jake de son prénom, avait refusé que sa femme se rende à l'hôpital pour accoucher, ne voulant pas risquer leurs vies et celle du bébé sur le chemin. Ils avaient, dans leur villa isolée des environs de Skagen, une infirmière chargée de s'occuper de Madame Valéria Williams, née Sønderörn, durant sa grossesse, et qui avait reçue une formation de sage-femme, ainsi qu'un nombre bien assez grand de domestiques pour aider la jeune femme et s'occuper de tout ce qui devrait être fait. Et une beau bébé naquit bel et bien vers onze heures du soir d'une mère exténuée mais en bonne santé, au mépris de l'orage qui grondait toujours dehors, au mépris de tous les obstacles possibles dans ces conditions.

L'enfant fut appelé Alwin Valens Williams par la même mère, sous le regard débordant d'amour et de fierté de son père. La première était la fille d'un riche armateur de Copenhague et possédait un beau capital en possessions immobilières et maritimes, cadeau de ses propres parents en une sorte de dot adressée à elle seule. Le second, originaire des États Unis d'Amérique et venu habiter au Danemark avec la femme de son cœur, était un écrivain de génie, aillant signé sous divers noms de plumes nombre de romans, de nouvelles et d'essais appréciés dans son pays natal ainsi que partout dans le monde, mais plus encore dans sa patrie d'adoption, fortement inspirés de la mythologie de cette terre qu'il avait fait sienne dans son cœur avec les années. L'un dans l'autre, le couple était plus qu'aisé, aussi la vie du jeune bambin qui venait de voir le jour devait-elle se révéler des plus agréables, loin des affres de la pauvretés ou même des épreuves de la classe moyenne. S'il n'était pas tout à fait né une cuillère d'argent dans la bouche, elle n'était pas non plus en bois grossier.

Bien qu'il fut destiné à être fils unique, ses parents ne voulant pas plus d'un enfant, Alwin ne fut pourtant pas pourri-gâté, loin de là. Son père avait fait seul sa réussite, et il ne voulait pas que son fils fut comme les gosses de riches immondes qu'il avait côtoyer au temps de sa jeunesse en Amérique. Il posa très tôt des limites à son fils qui, déjà intelligent à cet âge, accepta la chose... et chercha généralement un moyen d'avoir ce qu'il voulait autrement, par exemple en rendant ses parents fiers de lui et donc enclins à lui faire plaisir. Car s'il n'avait pas tout ce qu'il voulait tout de suite, pas principe d'éducation, tout était toujours à porté de l'argent de ses parents, ou de leur influence, et cela marqua profondément le jeune garçon, qui s'habitua à l'argent et à l'aisance, y nageant comme un poisson dans l'eau. Il s'habitua aussi à donner ce qu'ils attendaient à ses parents et à ceux qui s'occupaient de lui, des nourrices aux tuteurs, pour obtenir tout ce dont il avait besoin ou envie, posant les bases d'un caractère manipulateur qui a bien mûri depuis.

Et des personnes qui s'occupaient de lui, il y en eut de plus en plus avec le temps. Ses parents lui payèrent les meilleurs professeurs privés, formant son esprit à bien des matières. Son père lui-même lui apprenait l'anglais depuis tout jeune, en parallèle au danois même, et il en maîtrisa quelques autres, comme la français, le néerlandais, les autres langues scandinaves ou le groenlandais. Le jeune Alwin se révéla très doué dans ces matières, tout comme dans les mathématiques et la logique. Bon élève dans la majorité des domaines, son intelligence brillante lui permettait de maîtriser la plupart des leçons assez rapidement, son charme enfantin et ses talents naissants pour la manipulation comblant la différence quand ce n'était pas le cas. C'était déjà un bel enfant aux cheveux bruns et aux yeux très bleus, adorés de ses parents et de la plupart de ceux qui l'encadrait. Quand il jouait avec ses cousins et cousines, enfants des frères et sœurs de sa mère, il était presque toujours celui qui dirigeait la petite bande, faisant preuve d'un charisme entraînant et difficile à contrer, même quand il n'était pas le plus vieux du groupe.

Ainsi grandit le jeune Williams, entre jeux et leçons, entouré de l'amour de ses parents. Pourtant, lorsqu'il eut quinze ans, son père jugea qu'il était bon pour lui de sortir du cocon familial et l'envoya étudier à la grande université de Copenhague. Alwin était sous la responsabilité d'un vieil oncle sans enfants de sa mère, et ne revenait chez lui qu'une fois par mois. Mais même si ce fut dur, au début, Jake avait bel et bien raison, car son fils en retira le plus grand bien. De plus en plus indépendant, il développa son intelligence pratique mais aussi de nombreux autres aspects de sa personnalité. Dont, dès l'année de son arrivée, la luxure. Il goûta dans la capital aux plaisirs de la chair avec une de ses condisciple, et cette soif ne le quitta plus jamais par la suite. Bien que les conditions d'apprentissages soient moindre que celles de son foyer, où l'on s'occupait de lui en particulier, Alwin continua d'apprendre de nombreuses choses, et pas que dans les matières scolaires, développant grandement les relations humaines hors des cadres « maître-domestiques » et « enfant-parents » qu'il avait majoritairement connu jusque là, s'en sortant avec encore bien plus de brio que dans les études qu'il suivait pourtant avec fruits.

À dix-huit ans, devant la réussite de son entreprise, Jake Williams décida, avec l'approbation de son épouse, d'envoyer leur fils poursuivre ses études aux États Unis d'Amérique où eux-mêmes s'étaient rencontrés une vingtaine d'années plus tôt. Alwin, trouvant l'expérience intéressante voir même excitante, fut donc inscrit à l'université de Georgetown, à Washington. Il s'adapta facilement à son nouvel environnement, dans un appartement confortable de la capital américaine, et, après une année de battement prévue dans son cursus, il reprit son parcours scolaire sans problèmes, l'anglais étant presque une seconde langue maternelle chez lui, l'anglais d'Amérique qui plus est. Suivant ses études d'économies sans ac-coups, il était aussi de nombreuses fêtes et soirées, multipliant le nombre de ses amantes, mais aussi de ses amants, un plaisir défendu qu'il avait découvert dans ses dernières années à Copenhague et dont il n'avait bien entendu jamais soufflé mot à ses parents, sachant bien que ce sujet ferait achoppement avec eux, et habitué depuis longtemps maintenant à leur mentir fluidement chaque fois qu'il le jugeait utile ou profitable.

Ce fut au cours de l'une de ces soirées que sa vie bascula totalement. L'alcool coulait à flot, et il y avait nombre de belles filles et de beaux jeunes hommes, mais quasiment dès le début de la soirée le regard d'Alwin se fixa sur une damoiselle qu'il ne connaissait pas et qui l'envoûtait presque. Coup de chance, elle semblait avoir fixé également son attention sur lui, et elle le dragua honteusement toute la soirée durant. Manipulateur consommé, il joua bien volontiers avec elle, se laissant draguer sans montrer le désir fou qu'il avait d'elle depuis le début, appréciant beaucoup sa façon de faire et finissant par se régaler autant de ses subtilités que de ses charmes. Il l'accompagna bien sûr jusque chez elle une fois la soirée terminée, et ils se bécotèrent longuement autour d'un verre souvent remplis, jouant encore longuement un jeu plus intime, avant de se décider à passer au plus intime de tous, profitant de canapé de la belle pour faire l'amour toute la nuit, jusqu'à ce que le point du jour surprenne leurs corps nus, magnifiques et épuisés par leurs efforts nocturnes qui leurs avaient procurés à tous deux bien du plaisir. En fait, c'était la meilleure expérience sexuelle de la jeune fille et d'Alwin, qui en comptait pourtant déjà beaucoup.

Le duo se reposa un peu durant la matinée, avant de passer toute la journée ensemble, s'amusant dans plusieurs pièces des appartements de la jeune femme, se redécouvrant encore et encore, le plaisir ne se démentant pas. Quand ils se quittèrent finalement, Eleonora – tel était le nom de la damoiselle – fit promettre au danois qu'ils se reverraient, une promesse qu'il fit bien volontiers. Ils échangèrent leurs numéros, et se revirent en effet, assez souvent. La belle hantait souvent les pensées d'Alwin, et ses nuits, surtout quand elles étaient solitaires, étaient hantées par des images de leurs ébats. Aucune autre amante ne lui procurait autant de plaisir, et même quand il parvenant à occulter la dimension sexuelle il se souvenait de son parfum, de son sourire, de sa voix, de sa présence, et de mille et uns autres détails... D'abord amants de plus en plus réguliers, ils finirent par se mettre ensemble, formant un couple très unis mais également terriblement infidèle... Ils fréquentaient toujours de nombreuses soirées, et en repartaient parfois avec d'autres partenaires, que le couple se sépare ou reste tout de même ensemble pour une nuit avec plus de deux partenaires...

Il avait vingt-et-un ans, elle vingt seulement, car elle était plus jeune que lui d'une année, lorsqu'ils se décidèrent à se marier, officialisant l'amour qu'ils ressentaient l'un pour l'autre, au-delà du sexe qui était toujours très présent entre eux. La cérémonie fut grandiose, car leurs familles étaient toutes deux très aisées et qu'ils étaient tous deux enfants uniques. Alwin fit venir ses parents et une bonne partie de sa famille du Danemark, et en ajoutant la famille d'Eleonora, tous leurs amis et toutes leurs relations, ils obtinrent une véritable petite foule. Une fête grandiose suivit la cérémonie où ils s'unirent officiellement devant la maire, mais pour le jeune homme le plus grandiose et inoubliable ne fut ni la fête ni la cérémonie, mais bien la nuit de noce qui suivit, se prolongeant en une journée de noce qui dura tout le lendemain, les nouveaux époux laissant totalement cours à leurs appétits sexuels, leur imagination, leur énergie et leur amour brûlant l'un de l'autre. Une expérience qui combla pleinement et totalement le danois et sa jeune épouse...

En 2007, ils obtinrent tous deux leurs diplômes, car Alwin, bien qu'âgé d'un an de plus, avait perdu une année dans le battement entre ses deux pays. Les parents du jeune homme lui firent cadeau de quelques possessions immobilières, assurant au couple de ne pas être dans le besoin, et l'année suivante, le grand-oncle qui s'était occupé de lui pendant son séjour à Copenhague mourut, léguant presque toute son importante fortune à ce petit-neveu qui était à cette occasion devenu son préféré, et les mettant pour de bon à l'abri du besoin, car l'héritage comportait des biens autant que de l'argent. Comme pour confirmer ce bonheur, Eleonora donna naissance, courant mars, à une adorable petite fille qu'ils appelèrent Erika Katharina Williams, incarnation de l'amour pur qui vibrait toujours entre eux, quoique, méprisant cette partie des vœux traditionnels de mariage, ils soient toujours d'une infidélité aussi importante qu'assumée l'un envers l'autre. Les deux étant bisexuels, il arrivait même souvent qu'ils se passent des amants comme d'autres échangeraient les noms d'un bon salon de coiffure, n'hésitant pas à concrétiser des aventures à deux avec le même homme ou la même femme à l'occasion.

Toujours en 2008, le couple décida d'emménager à New-York avec leur enfant, en partie parce qu'ils avaient déjà une idée en tête, la construisant souvent le soir, étendu dans leur lit après l'amour, celle d'un grand Cabaret. Une idée qui devint un projet, puis une réalité, grâce à l'argent dont ils disposaient. Le premier janvier 2009, quelques jours avant l’anniversaire d'Alwin, le Sigh of Ecstasy Cabaret, c'est à dire le Cabaret Souffle d'Extase ouvrait ses portes. L'affaire décolla rapidement, rapportant énormément d'argent et une bonne dose de prestige au couple Williams, et deux ans plus tard, en 2011, le Cabaret est devenu l'un des plus réputés et courus du pays, voir même du monde. La petite famille a emménagé au quatrième étage du Cabaret, dans des appartements luxueux et confortables, et coule des jours aussi heureux qu'intéressants, entre richesse, soirées, bonheur conjugal et infidélité partagée...


VOUS


► ÂGE : 18 ans.
► FRÉQUENCE DE CONNEXION : 7/7, bientôt Very Happy .
► POURQUOI Sigh of Ecstasy : Parce que je suis un des fondateurs ?
► T'EN PENSES QUOI? : Elle est bien la patronne, hein Very Happy
► DES AMÉLIORATIONS À FAIRE : Je les aurais déjà faites ^^
► UN DERNIER MOT? : Nonobstant !

THE CODE (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Eleonora D. Williams
Admin
avatar

Messages : 92
Points : 27376
Réputation : 2
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: Fiche d'Alwin Valens Williams   Lun 6 Juin - 5:22

Voui chéri, elle est bien la patronne Razz Razz Razz On fait une petite vérification ? * L'entraîne dans un coin tranquille du Cabaret. * Very Happy

Because I Love Cabaret

J'ai beau faire le tour du monde mais tout me ramène à toi, t'es partout à la fois !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cabaret-ecstasy.forums-actifs.net
 
Fiche d'Alwin Valens Williams
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Comment faire une fiche de lecture
» Fiche de données de sécurité - Ethanol pur
» fiche technique du kit de novembre de la Fée par Cathyscrap85
» Fiche de présentation magazine à respecter !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sigh of ecstasy Cabaret :: Inscriptions :: Fiches de Présentations-
Sauter vers: